Menu
qui suis je

Qui suis je ? Depuis la naissance de mon fils, un papa avant tout.

Tout d'abord je tiens à me présenter et raconter un peu mon parcours. Je suis un homme de 55 ans bien dans ma tête, ma peau et mon corps qui ne fume pas et ne boit pas car ayant peu d'argent je préfère garder mon argent pour offrir des loisirs et restaurants à mon fils. J'ai grandi à la campagne, comme je dis souvent à mon fils, les rivières étaient nos piscines, les collines étaient nos pistes de neige, les forêts étaient nos aires de jeux et les champs nos terrains de foot. Tout petit, j'ai grandi avec des valeurs humaines, relationnelles et respectueuses du à mes parents très sévères au point de vue respect. Déjà de la classe de 6 ème jusqu'en 4 ème, j'étais chef de classe et défendais les droits de mes camarades car je n'aimais pas l'injustice. Très sportif de nature, je pratiquais beaucoup le sport durant mon temps libre. À 13 ans j'ai réussi le concours d'entrée à l'école militaire EMPT du mans ou l'armée tout petit m'a aussi enseigner le respect des uns et des autres, les valeurs morales et la discipline. J'y suis resté deux ans et suite à des problèmes familiaux, j'ai du retourné dans le civil ou j'ai passé un B.E.P à 16 ans. J'avais le niveau d'étude pour continuer mais mes parents sans grandes ressources financières m'ont dit dès que j'ai obtenu mes diplômes : mon fils tu dois partir et aller désormais travailler et gagner ta vie. J'ai de suite trouvé du travail et au fil des années à 30 ans pour avoir un niveau supérieur j'ai passé un bac technique, le BTS à 34 ans et à 52 ans pour avoir du travail pour nourrir mon enfant. Je suis une personne autodidacte en tout, en informatique et j'aime apprendre. À 47 ans il m'est arrivé la plus belle chose de ma vie, chose qui n'a aucune valeur pécunnière, ni matériel, j'allais être enfin PAPA. Cet enfant que j'attendais depuis toujours est un enfant de l'amour né avec amour et fait par amour car j'aimais plus que tout la mère de mon fils ... Malheureusement la vie en a voulu autrement pour diverses raisons en 2009, la mère de mon fils et moi avons décidé de nous séparé. Pour moi ce fut le plus grand coup dur de ma vie car je n'allais plus voir mon fils tous les jours. Je suis partit vivre à l'hôtel alors en prenant mon fils le plus souvent possible avec moi et en attendant d'avoir mon appartement car suite à tout cela je me suis retrouvé dans une situation la plus précaire possible. J'étais sans domicile et sans emploi et au RSA. Mais à aucun moment je n'avais le droit de baisser les bras par amour pour mon fils et mon fils avait trop besoin de son papa. Les mois passèrent et la plus belle et bonne nouvelle de ma vie était que j'allais enfin avoir un toit et un appartement pour mon fils pour qu'il puisse vivre pleinement sa vie d'enfant avec son papa. Cet appartement fut une véritable délivrance sociale pour mon fils, je remerciais de tout coeur les assistantes sociales qui se sont occupées de moi et de mon fils et l'organisme des hlm qui m'avait donné ce logement et le fsl qui s'était porter garant pour cet appartement. Si j'avais été seul, il n'y aurait eu aucun problème car durant tout mon parcours de la vie je n'avais pas peur de prendre une chambre meublée, d'aller à l'hôtel, de dormir dehors ou dans ma voiture etc même en travaillant, mais là je n'étais plus seul, j'avais désormais un enfant, un fils que j'aime plus que tout au monde. Lorsque j'ai eu enfin les clefs de mon appartement qui était vraiment pas dans un état à accueillir mon fils de 20 mois, je me suis mis à le refaire entièrement pour le bien être et le confort de mon fils tout en travaillant pour que je me sorte au plus vite de cette situation précaire et que je puisse subvenir à tous les besoins de mon fils au point de vue pension, bien être, loisirs etc. Je travaillais sans relâche la semaine pour pouvoir acheter des meubles pour que mon fils soit heureux et à refaire entièrement mon appartement. Chaque fois que j'avais un peu d'argent j'achetais un meuble et ma priorité était d'acheter un frigo, une télévision et des meubles pour la chambre de mon fils, moi qui n'avait aucun meuble en arrivant dans cet appartement car j'avais tout laissé à la mère de mon fils pour ne pas déséquilibré la vie de mon enfant chez sa maman. Pour moi ce n'était pas grave si j'ai dormi pendant des mois sur un matelas, l'essentiel s'est que mon fils avait des jeux, le nécessaire pour s'amuser, pour manger et pour être heureux. Les semaines ont passé, les mois ont passé et petit à petit je me suis fait tout seul sans l'aide de personne et par amour pour mon fils un joli appartement pour le bien être de mon fils. Je prenais mon fils le plus souvent possible, le mercredi, un week-end sur deux et la moitié des vacances car il habitait tout à côté de chez moi chez sa maman. Mais un an après, j'ai du affronter la plus mauvaise nouvelle de ma vie, la maman de mon fils devait déménager à 70 km de chez moi et décidait de refaire sa vie. J'étais heureux dans un sens et malheureux dans l'autre sens. Heureux car mon fils allait avoir une vie encore plus équilibré car sa mère qui est une maman exceptionnelle allait vivre de nouveau en famille avec mon fils, son frère, sa soeur, la fille de son nouveau ami qui est maintenant aujourd'hui son mari. J'étais malheureux car je n'allais plus voir mon fils comme avant le mercredi mais uniquement un week-end sur deux et la moitié des vacances. J'ai travaillé beaucoup sur moi même pour combler ce vide affectif et je me suis juré que chaque fois que je l'aurais je passerais tout mon temps avec lui, rien que lui et moi, quitte à sacrifier ma vie d'homme. Mais à chaque fois que j'avais mon fils, j'étais tout seul avec lui à m'occuper entièrement de lui sans l'aide de personne, ni de ma famille. A ce sujet je tiens à remercier les ami(e)s qui me conseillaient par téléphone dans les moments les plus durs. Cela n'était pas facile pour moi car il était petit et avait 20 mois mais par amour pour lui j'ai affronté toutes les épreuves les plus difficiles et dures pour lui. Aussi bien à le soigner quand il était malade, lui donner à manger, lui apprendre à faire caca etc ... J'ai du changé ma vieille voiture ( Voir photo devant l'hôtel ), prendre un long crédit et travailler encore plus dur pour enfin pouvoir acheter une voiture neuve, non pas pour mon confort à moi mais pour celui de mon fils et pour sa sécurité avant tout car je ne pouvais pas me permettre de tomber en panne quand j'allais le chercher ou par les grandes chaleurs afin qu'il n'en souffre pas dans la voiture ou qu'il attrape un coup de froid à cause des vitres ouvertes, à ce sujet une voiture avec la climatisation était bien pratique. Aujourd'hui mon fils aura bientôt 9 ans, mais une chose est sur et certaine que durant tout ce temps, il n'a vu aucune femme dans mon lit et dans ma vie privé, je me suis toujours sacrifié pour lui et j'ai toujours été là présent pour lui les week-ends ou je vais souvent le chercher à sa sortie d'école et les vacances scolaires quitte à payer une nounou pour le garder. Chaque week-end à vérifier ses devoirs et leçons de la semaine afin qu'il travaille bien à l'école pour avoir un bon travail plus tard. À aucun moment de ces 20 mois en 2009 à aujourd'hui il n'a manqué de quoi que se soit aussi bien au point de vue amour que pour manger et ses loisirs et j'ai toujours payé sa pension malgré que j'ai eu des hauts et des bas suivant si je travaillais ou pas, quitte à ne manger que du riz durant toute la semaine, chaque fois que je l'ai il a droit à un petit restaurant et des loisirs .... Cet enfant de l'amour a toujours le regard souriant et les yeux pétillants de joie, d'amour et de bonheur car même étant séparé de son papa et de sa maman en aucun cas il n'a vu et entendu des querelles, des cris ou des disputes familiales autour de lui. J'ai toujours dis le plus grand bien de sa maman, de son beau-père et de son entourage chaque fois que je l'avais et aussi de bien écouter et respecter tous ceux qui participent à son éducation ( Enseignants, nounous etc ...). Je me suis aussi jurer que durant toute mon existence de la vie, je respecterai et dirai toujours le plus grand bien de sa maman car il a aussi la chance d'avoir une mère exceptionnelle, remarquable en tout et pour tout, aussi bien pour son bien-être, sa vie familiale que pour son éducation ... Grâce à l'amour de son papa, de sa maman, de son frère, de sa soeur, de sa demie-soeur, de son beau-père et tous ceux qui l'aiment cet enfant grandit chaque jour dans l'amour et la sérénité jusqu'au jour où ... Lire la suite